« C’est celui qui s’égare qui découvre de nouveaux chemins ».
Nils Kjaer
Dans un salon parisien...

Un site internet, Harmonisphere,  pour rassembler les blondes et les brunes, les crépus et les raides, les noirs et les blancs, les ronds et les carrés. Un site internet pour apporter un regard professionnel, une touche personnelle, un brin d’humour et de philosophie…Harmonisphere pour changer de regard sur la coiffure, les coiffeurs, les coiffés.

« Plus l’homme a d’habitudes, moins il est libre et indépendant. »

Emmanuel Kant

HARMONI quoi ?

Harmonisphere, c’est être en Harmonie avec la sphère, la diversité qui nous entoure. Trouver sa place. Sphère c’est aussi pour moi le crâne autour duquel je sculpte, je travaille la matière, pour harmoniser les volumes. Et surtout une évidence, c’était le nom de la boutique d’art de ma maman.

« Il y a des gens avec qui l’on passe une grande partie de sa vie et qui ne nous apportent rien. Qui ne vous éclairent pas, ne vous nourrissent pas, ne vous donnent pas d’élan. Encore heureux qu’ils ne vous détruisent pas à petit feu en s’accrochant à vos basques et en vous suçant le sang. Et puis il y a ceux que l’on croise, que l’on connait à peine, qui vous disent un mot, une phrase, vous accordent une minute, une demie heure et changent le cours de votre vie. »

Katherine Pancol

QUI JE SUIS

Née à Paris dans les années 80, parcours atypique, des arts graphiques en passant par la mode puis la coiffure. Issue de milieux socioculturels complètement opposés, je puise mon inspiration grâce aux rencontres, aux mélanges de culture, à l’accord des oppositions…Passionnée par les cheveux, la matière, les éléments…

« Je conçois le métier de coiffeur pour nous apprendre à aimer nos cheveux, et non pas pour les dénaturer, ignorer notre identité. »

« Je ne peux pas vous donner la recette de la réussite mais je peux vous donner la recette de l’échec : essayer de faire plaisir à tout le monde tout le temps ». 
Herbert Bayard Swope

POURQUOI CETTE INVESTIGATION  ?

Lorsque j’ai commencé à mener cette investigation, c’était d’abord pour répondre à mes propres interrogations, pour trouver des solutions à mes difficultés, cliente de salons de coiffure, je me suis toujours demandé pourquoi nous avions envie de couper nos cheveux à certains moments de nos vies, effacer les marques du temps en colorant ses cheveux blancs ou changer la nature de nos cheveux.

Pourquoi nous étions tant de femmes à ne pas assumer notre nature de cheveux ? Les différences culturelles entre les salons afros et les salons européens. J’ai décidé de faire de la coiffure mon métier ! Ce métier extraordinaire m’a beaucoup apporté, une véritable thérapie. Écouter, conseiller, encourager, rassurer, s’adapter. Au-delà de l’aspect esthétique, ce métier est beaucoup plus complexe qu’il n’y paraît. Se couper les cheveux, les colorer ou les transformer pour marquer un événement dans sa vie, une naissance, une promotion, une séparation, une affirmation de soi, garder une certaine jeunesse, correspondre à une norme, etc… Certains ressortent satisfaits, d’autres cachent parfois un mal être plus profond qu’une simple coupe ou changement de couleur ne pourra résoudre.

Le bien-être passe par une bonne estime de soi

Aider femmes et hommes à avoir un regard plus positif sur leur propre image, être en accord avec soi-même. La coiffure comme outil pour affirmer sa personnalité, son individualité, et penser au-delà des normes esthétiques que nous impose la société. Mais aussi rencontrer, partager, discuter… pour encourager l’authenticité ! La singularité ! J’ai décidé de créer un site, avec mon cœur, avec mes tripes, pour en parler. Pour que nous soyons mieux informés sur le milieu de la coiffure et plus libres dans nos choix. Apporter un point de vue professionnel avec des explications simples, un point de vue personnel et singulier. Partager des connaissances, des conseils, une expérience de vie. J’aborde des thèmes sur la coiffure, les coiffeurs, les salons de coiffure, mais aussi je parle de sujets parfois tabous, des coulisses du métier.

Un livre qui décoiffe !

 Nous aimons sentir l’odeur du shampooing, nous sommes fascinés par le bruit des ciseaux, effrayés par celui de la tondeuse, nous nous laissons bercer ou amuser par les conversations en feuilletant des magazines, et nous sommes parfois bien surpris de voir notre visage en sortant d’un salon de coiffure. Mais, plus fondamentalement, pourquoi allons-nous chez le coiffeur ? 
Telle est la question simple que pose Michel Messu, qui travaille depuis de nombreuses années sur l’identité et les images que l’on a de soi. Et la réponse ne réside pas seulement dans la beauté, le plaisir ou la dimension pratique d’une coupe de cheveux. Derrière l’apparente simplicité des gestes quotidiens par lesquels nous entretenons nos cheveux, se cachent d’anciens rituels et une puissance symbolique qui expliquent en grande partie nos choix et la façon dont les grandes entreprises de cosmétiques construisent leurs produits et leur publicité pour mieux nous séduire. 
Alors, entrez dans ce livre comme dans un salon de coiffure. Laissez-vous porter par ce qui s’y cache, vous en sortirez avec une nouvelle tête, et une meilleure compréhension de ce que se coiffer veut dire.

Michel Messu, sociologue et ethnologue.

LA COIFFURE EST UN ART, L'ART D'ÊTRE SOI-MÊME

Soyez vous même, soyez naturels, c'est beau la diversité !

 

Vous aimez cette page ?

Pensez à partager...

error: Protections - droits d\'auteurs