En Inde, toutes les histoires commencent dans des temples et le cheveu n’échappe pas à cette règle.

C’est là, dans des pièces spéciales, que des millions de croyants, riches ou pauvres, hommes ou femmes, jeunes ou vieux, viennent offrir leurs cheveux à Shiva, Vishnou ou Muragan en échange d’une vie plus confortable, d’une santé meilleure ou de l’arrivée d’un enfant. Dans les dix plus grands temples des quatre Etats du sud de l’Inde (Karnataka, Tamil Nadu, Kerala, Andhra Pradesh), cheveux et chevelures coupés par des milliers de barbiers sont stockés et vendus aux enchères une fois par an à la période des moissons, de janvier à mai.

Dans 300 temples plus modestes, ce sont des intermédiaires qui achètent la production locale pour la douzaine de grandes entreprises indiennes impliquées au plus haut niveau dans le commerce du « diamant noir ». C’est ainsi qu’après avoir été offertes aux dieux, des centaines de tonnes de cheveux se retrouvent dans des usines de Chennai ou de Bangalore avant de finir en extensions sur les têtes connues ou inconnues de déesses occidentales.

Extrait d’article du Figaro, pour lire l’integralité de l’article : Rendez vous sur le figaro

error: Protections - droits d\'auteurs

Vous aimez cette page ?

Pensez à partager...